Depuis quelques années, la végétalisation du bâti connaît une grande expansion en France, en particulier dans les grandes villes. Il ne s’agit pas d’un simple choix de certains particuliers ou professionnels, mais d’une procédure encouragée par l’état placée au cœur de différents enjeux.

Les enjeux de la végétalisation

Un mur ou un toit végétal présente en premier lieu des bienfaits pour le bâtiment en question. Mais d’un point de vue plus général, il fait partie d’une véritable stratégie de végétalisation qui vise à lutter contre différents enjeux que connaît le milieu urbain en particulier.

L’îlot de chaleur est un des enjeux que la végétalisation du bâti vise à combattre. Il s’agit d’un phénomène très courant dans les villes, en particulier les grandes villes, et qui a d’importants impacts sur la santé de la population ainsi que sur le système socio-économique.

Les plantes ont en effet la capacité de rafraîchir l’air ambiant, l’humidifier pour diminuer la température et absorber les différentes particules polluantes dans l’air. En conséquence, l’air est purifié et l’absorption de la chaleur par les façades est limitée. Un autre grand enjeu de la végétalisation des toitures et des façades est celui d’augmenter les espaces verts dans les milieux urbains et d’améliorer la biodiversité.

À Paris par exemple, les façades végétalisées s’inscrivent dans le projet de trame verte qui fait partie du Plan Biodiversité de la Mairie de Paris. La ville compte aujourd’hui plus de 2000 espèces animales et plus de 2000 espèces de plantes sauvages, mousses, lichens et champignons.

Les avantages de la végétalisation pour le bâti

Si les objectifs de la végétalisation pour la société et l’environnement sont très ambitieux, il ne faut pas nier que ce sont les avantages personnels qui mènent en premier lieu les gens à adopter cette mesure. En plus de l’aspect esthétique d’un mur végétalisé qui est un critère essentiel, les bienfaits pour la santé du bâtiment et le bien-être des habitants sont nombreux.

Tout d’abord, la végétalisation permet d’optimiser l’isolation thermique du bâtiment et donc de réduire les dépenses énergétiques. Elle permet aussi d’améliorer l’isolation phonique, surtout s’il s’agit d’un mur végétal extérieur. Le système de végétalisation participe aussi à la rétention des eaux pluviales, ce qui empêche la saturation du réseau d’évacuation et limite les risques d’inondation. Si vous installez un mur végétal intérieur, les végétaux plantés vont améliorer la qualité de l’air de l’intérieur et réguler la température ambiante.

Les réglementations de la végétalisation du bâti

Pour végétaliser une façade, un mur extérieur ou une toiture, il faut évidemment respecter certaines réglementations relatives aux travaux à l’extérieur des bâtiments. Il faudrait en premier lieu faire une demande d’urbanisme en déclarant auprès de la mairie et obtenir une autorisation de la copropriété en assemblée générale.

Les règles d’urbanisme à respecter sont définies par le Plan local d’urbanisme de la ville et par d’autres directions d’autorité selon la région concernée. Il serait intéressant de bien s’informer sur les règles d’urbanisme, les conditions d’installation d’un système végétal ainsi que les options et possibilités d’assurance. Votre paysagiste pourrait d’ailleurs vous conseiller à ce propos.

À noter que les réglementations peuvent différer en certains points pour les particuliers et les professionnels. À titre d’exemple, il est obligatoire depuis 2015 d’installer un procédé de production d’énergies renouvelables ou un système de végétalisation sur les toitures des nouvelles surfaces commerciales.

Il faut aussi se renseigner à propos des réglementations concernant l’entretien des murs ou toits végétalisés. Pour les toitures végétalisées par exemple, un entretien annuel est obligatoire. Encore une fois, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre paysagiste.

Notez cet article de 1 à 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

No votes so far! Be the first to rate this post.