0
(0)

Beaucoup ont déjà connu cette douleur sur le côté droit du ventre, l’appendicite est une inflammation qui nécessite, dans la plupart des cas, une intervention chirurgicale. D’après les statistiques, les enfants et les jeunes sont les plus touchés par cette inflammation et l’appendicectomie est souvent nécessaire. Mais pour pouvoir être en mesure de le diagnostiquer, il faut connaître tous les signes qui indiquent l’inflammation.

L’appendicite, les signes qui donnent l’alerte

Ce n’est pas très facile de savoir si on a l’appendicite ou bien juste mal au ventre. En général, cette inflammation touche les personnes entre 10 et 30 ans, et une personne sur 15 en est concernée. Mais quand il s’agit d’un enfant, entre 7 et 11 ans, on note une certaine fréquence, dont les symptômes sont assez détectables. Ainsi, la première chose qui doit alerter est cette douleur au niveau de l’abdomen droit, de façon permanente et qui sera encore plus intense quand on est en position debout ou en marche. On note également une montée de fièvre qui s’accompagne souvent de nausées et de vomissements.

À part les douleurs, plutôt aigües que l’enfant ressent, on remarque chez lui un manque d’appétit, et les parents doivent être vigilants quand de tels changements se présentent. Ayez toujours le réflexe de palper le ventre de votre enfant en cas de doute, celui-ci présente une certaine rigidité, et respirer même pourrait engendrer une douleur.

Chez l’enfant, comment la reconnaître, comment doit-on procéder ?

Les symptômes cités ci-dessus permettent déjà de diagnostiquer cette inflammation, mais on constate aussi que l’enfant aura du mal à marcher, qu’il garde les mains sur le côté droit de son ventre et qu’il garde la cuisse pliée. Certes, il y a des crises aigües qui s’annoncent de façon violente, mais il y a également des petites crises intermittentes qui rendent difficile à détecter l’inflammation. En présence de ces signes, il est toujours conseillé de consulter un médecin, lui seul peut juger sur la nécessité de faire un examen ou non.

Après une analyse de sang ou une échographie, quand l’inflammation est confirmée, le médecin préconise de garder l’enfant dans un milieu hospitalier. Notons que cette inflammation reste rare avant 3 ans, mais le pourcentage d’en être sujet, chez les enfants, reste assez élevé. Une opération chirurgicale s’impose quand l’inflammation se confirme, toutefois, cette intervention reste bénigne sans pour autant écarter le risque de complications surtout si l’on note un retard à intervenir, le risque de voir l’appendice s’éclater, conduisant à la péritonite, est élevé.

Soulager les douleurs, apaiser les gênes

Plusieurs symptômes sont énumérés pour ce qui est de l’appendicite, mais parmi les plus fréquents est la constipation ou la diarrhée. Le médecin pourra alors prescrire des médicaments ou des remèdes naturels pour soulager la constipation, car ce trouble accentue davantage la tension du ventre et accroît la douleur.

Comme cette inflammation survient après l’obstruction de cette petite excroissance de située entre l’intestin grêle et le colon, l’accumulation de selles augmente le risque de voir les bactéries s’accroître dans l’excroissance. Le mieux est de procéder à l’intervention chirurgicale pour l’ablation de l’appendice, une opération qui se fait sous anesthésie générale, soit avec une incision au niveau du bas-ventre, soit par cœlioscopie.

Notez cet article de 1 à 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

No votes so far! Be the first to rate this post.